L'Irezumi, le Wabi et le Sabi. Le sens profond de la tradition.


Tous droits réservés. Toute copie, représentation ou reproduction intégrale ou partielle, sans l’autorisation de l’auteur, par quelque procédé que ce soit est illicite et interdite. Articles L.335 et suivants, du Code de la propriété intellectuelle.

Se promener dans une foret. Y trouver un bout de bois qui t’évoque une forme familière; sans trop savoir laquelle au premier instant. Découvrir que cette forme est celle d’un encrier. Presser le pas, excité, pour rentrer chez toi. Creuser ce bout de bois, une fois dans ton atelier, en déformant surtout le moins possible sa forme initiale. Creuser, et poncer de manière à t’appuyer sur le point ( voulu ) absolu de rencontre entre l’encrier inspiré et la forme naturelle du bois. Donner enfin naissance à l’encrier. C’est le sentiment japonais que l’on nomme Wabi. Recevoir un client pour la première fois, s’ouvrir à sa demande d'Irezumi et la traiter avec instinct et conviction en la déformant le moins possible; s’adapter par ailleurs au point de rencontre de la morphologie du client avec celle du dessin. C’est aussi un sentiment Wabi. Et c’est un sentiment profondément japonais. Il n’est pas d’ailleurs nécessaire d’être japonais pour l’expérimenter.

Découvrir vingt années plus tard l’encrier ennobli par l’usure, les taches d’encres de couleurs diverses, incrustées dans les craquelures du vernis effrité, éclairant sa texture. Sentir son coeur réconforté par cette usure. C’est le sentiment Sabi. La technique Tebori atteint un espace différent de la peau que le dermographe. Ceci du fait que cette technique est un frappé/soulevé alors que la démographie est un frappé/balayé. Le vieillissement d’un Irezumi s’ennoblit avec le temps, il est Sabi. Ce n’est pas le cas du tatouage démographique qui demande souvent des retouches.

Le Wabi et le Sabi sont quelques ingrédients qui font la tradition des artisanats d’art japonais. Y compris l’Irezumi.

Par ailleurs, une lame martelée, avant cela morceaux de Tamahagane et de prières au Kami associé, devient réceptacle d’une âme lorsque chauffée cette dernière est plongée dans l’eau froide pour prendre sa courbure définitive. Incarnée elle devient Katana. Une heure, une semaine, une année, au rythme non pas d’un moteur électrique mais de l’écho des aiguilles sur le mur de peau incarnent plus qu’un simple dessin.

Un autre ingrédient que l’on peut donc retrouver dans l’artisanat japonais et à mon sens l'Irezumi, est l’animisme ( trouvant sans doute ses origines dans le shintoïsme ).

L’Irezumi n’est pas traditionnel uniquement parce qu’il est exécuté à la main. Il l’est pour des raisons nombreuses et complexes et c’est une richesse. C’est important à mon avis de savoir l’apprécier et de souhaiter le préserver.

Mono no aware.





















#wabi #wabisabi #irezumifrance #irezumi #horishi #tatouagejaponais #tatouagejaponaisfrance #tatouagejaponaisParis #tamahagane #animisme #shintoïsme #tsukihari #tattoonippon #tatouageasiatique #tatouagetraditionnel #tohibiki #shakki #zangetsu #dojotattoo #kami #muju #mujo #mononoaware

ATELIER DO NO EKO

DEMONS DE L'IREZUMI​​​​​​​​​

TECHNIQUE ANCIENNE

ECOLE EDO (1600-1868)

PARIS / ACQUIGNY, NORMANDIE

  • White Pinterest Icon
  • White Instagram Icon
  • White Facebook Icon
  • White Google+ Icon