L'Irezumi, un navire dans le Monde flottant.


Tous droits réservés. Toute copie, représentation ou reproduction intégrale ou partielle, sans l’autorisation de l’auteur, par quelque procédé que ce soit est illicite et interdite. Articles L.335 et suivants, du Code de la propriété intellectuelle.

Texte d'introduction et Haïku par Kuroi Kyosai.

Tatouage de Koï en technique ancienne, sans usage de machine électrique, et photographies réalisés par Horishakki.

Nishikigoi, la carpe de brocart.

Il est devenu coutume d’associer l’ Irezumi ( tatouage japonais réalisé sans machine électrique ) au mouvement artistique dominant durant la période Edo, l’Ukiyo-e.

L’Ukiyo-e est souvent traduit dans la simplicité de l’expression, «Monde flottant ».

L’Irezumi est donc associé au « Monde flottant ». Il l’est pour des raisons d’ordre esthétique, en effet l’Ukiyo-e possède un langage graphique particulièrement marqué et par conséquent reconnaissable. Par ailleurs on suppose que quelques tatoueurs de la période Edo étaient aussi graveurs d’estampes. Inutile de souligner le rôle que l’estampe a joué dans l’épanouissement et expansion de l’Ukiyo-e.

Mais à mon avis, si tout ce qui précède est juste, il existe une raison plus forte expliquant l’intimité que Ukiyo-e et Irezumi partagent.

Lorsque je tatoue un symbole sur une grande surface de peau, de corps, je prends chaque fois conscience du lien profond qui existe entre le tatoué ( peau/corps/esprit), le symbole incarné ( archétype/produit archétypique ) et l’Irezumi ( héritage ). Le corps devient parfois ciel, dans lequel grimpe un Ryu triomphant ( Dragon ), quelques grains de beauté s’improvisent restes de poisson tombant du bec d’une Grue, le corps accompagne les ficelles d’un marionnettiste animant un Jorogumo ( araignée-démon ), un Bakekujira ( baleine fantôme ) émergeant des eaux profondes fait du corps du tatoué un ciel nous laissant à peine deviner le Fuji-Yama .

Je pense que le horishi ( tatoueur dans la tradition ) plus qu’il ne tatoue, grave un monde sur le corps de son tatoué. Un monde/symbole certes mais monde tout de même. Le tatoué quant à lui devient le navire de ce monde d'encre qui flotte sur les eaux tourmentées du monde réel. Nous les tatoués sommes des navires fantômes aux voiles de peau; et les capitaines poètes, rêveurs, guerriers, explorateurs.


Cinabre d’orage.

La pluie dilue mon esprit,

sous ma peau brocart.


Crépitement,

aiguilles sur mur de peau.

Sang, sombre écho.


Murène d’encre,

transpire la poudre de plomb,

danse et rougit.



Ombre d’aiguille,

encre de sang.

Murmures d’encre


Pierre d’encre,

peau de soie frappée.

Sang amulette.


La lune s'épaissit,

ses larmes interrompent

le bavardage des fleurs

A la fraîcheur des pins,

nous nous sommes endormis.

Cendres, Aikuchi.



On fane même,

dans le plus beau des écrins.

Seul ou accompagné.


#Koi #koï #tattookoi #tattookoï #tatouagekoi #tatouagekoï #tattoocarpe #tatouagecarpe #haiku #haïku #tatouagejaponaisfranceparis #tatouagetraditionneljaponaisparis #tatouagejaponaisParis #tatouagejaponaisfrance #tatouagetraditionnel #tatouagejapon #koiryu #koïRyu #koidragon #carpedragon #fleuvejaune #nishikigoi #carpedebrocart #Kohaku #TaishoSanke #ShowaSanshoku #Bekko #ShiroBekko #AkaBekko #KiBekko #irezumifrance #Goshiki #Utsurimono #Asagi #AsagiShusui #Shusui #Koromo #Hikarimono #Ogon #HikariUtsurimono #HikariMoyomono #HikariMujimono #Kumonryu #Kawarimono #Chagoi #Karasugoi #Matsubagoi #Kujaku #Kinginrin #Tancho #Doitsu #koinobori

ATELIER DO NO EKO

DEMONS DE L'IREZUMI​​​​​​​​​

TECHNIQUE ANCIENNE

ECOLE EDO (1600-1868)

PARIS / ACQUIGNY, NORMANDIE

  • White Pinterest Icon
  • White Instagram Icon
  • White Facebook Icon
  • White Google+ Icon